Comprendre l'architecture d'un réseau domestique

Ce forum est dédié aux explications de base de fonctionnement d'un réseau domestique
Répondre
Avatar de l’utilisateur
azazel
Administrateur
Articles : 0
Messages : 1117
google.com
Inscription : 27 déc. 2019 13:02
    Windows 10 Firefox
A remercié : 669 fois
A été remercié : 405 fois

OK Comprendre l'architecture d'un réseau domestique

Message : # 4342Message azazel »

Dans ce chapitre, nous allons voir l'organisation d'un réseau domestique.

Préambule :
Un réseau domestique se compose toujours d'un boîtier permettant le branchement vers le réseau Internet et vers un réseau local soit via une connexion Wi-Fi soit via une connexion par câble de type RJ45.

Le branchement vers le réseau Internet proposé par un FAI ou fournisseur d'accès Internet se fait par l'intermédiaire d'une box également appelée routeur.
Le rôle de cet équipement est de transférer les demandes d'accès formulées par les postes de travail vers les serveurs situés dans l'Internet.

En France, on distingue trois types de connexion INTERNET :
  • par paires torsadées
  • par câble coaxial
  • par fibre optique.

Quelle que soit la manière dont votre réseau est connecté à Internet, l'architecture locale répond toujours aux mêmes contraintes.

L'architecture physique du réseau local :

Pour que les machines se voient, elles doivent être interconnectées.
On va distinguer deux types de connexion
  • la connexion physique
  • la connexion logique.

La connexion physique :
Comme son nom l'indique, ce type de connexion fait référence à la manière dont les machines sont physiquement connectées.
Cette connexion peut se faire de deux manières :
  • par l'intermédiaire d'un câble RJ45
  • par l'intermédiaire d'une connexion Wi-Fi. Cette dernière utilise un système d'ondes radio et permet donc, au détriment du débit, d'accéder à l'ensemble du réseau physique.
Le fait d'être connecté physiquement sur un même réseau n'est pas suffisant  pour les postes de travail pour pouvoir échanger entre eux des informations. C'est là que rentre en action la connexion logique.

La connexion logique :
La première étape est l'identification univoque de chaque élément du réseau. Cela passe obligatoirement par un plan de nommage IP.
Derrière cette conception de plan se cache en fait une logique simple.
Prenons une analogie  simple : "Pour vous déplacer dans une ville d'un point A vers un point B vous devez connaître l'adresse de votre point de départ, l'adresse du point d'arrivée, le chemin emprunté et les règles de conduite."

Le réseau local peut se comparer à cette ville. Chaque poste de travail est identifié par son adresse IP et, au niveau de la box, par la manière dont il est connecté à celle-ci.

Comme je l'ai déjà expliqué dans le tutoriel précédent l'adresse IP se compose de deux zones 192.168.0.120
  • les trois premiers groupes de trois chiffres identifient le réseau => 192.168.0.
  • le dernier groupe de trois chiffres identifie le poste de travail => 120
Pour que les machines puissent se voir elles doivent impérativement être dans le même réseau c'est-à-dire que les trois premiers groupes de l'adresse IP sont les mêmes.

Par convention l'adresse IP dont le dernier groupe est 0 est l'adresse générale du réseau. Aucune machine de ce réseau ne peut donc avoir le numéro zéro.

Également par convention, l'adresse IP dans le dernier groupe a comme valeur 255 correspond de fait à l'ensemble de toutes les machines du réseau. On appelle cette adresse le Broadcast. Aucune machine de ce réseau ne peut donc avoir le numéro 255.

La logique du plan de nommage :
Dans un réseau nous avons des équipements fixes toujours présents
  • le routeur
  • une imprimante partagée
  • un ou des serveurs (images, vidéos, fichiers, Web, FTP ...)
  • un NAS
  • un téléviseur connecté
  • un ordinateur de bureau
il y a également des équipements mobiles
  • un ordinateur portable
  • un Smartphone
  • un GSM.
Comme je l'ai dit dans le chapitre précédent, chaque machine présente sur le réseau doit avoir un identifiant unique.

Afin de faciliter la gestion, l'idéal est d'affecter une adresse IP fixe à chaque élément permanent et d'affecter une IP variable à chaque élément mobile. Afin de préserver l'évolution future d'un réseau il est bon de donner des adresses IP commençant à la dizaine pour chaque type de matériel.

Cette logique permet de gérer plus facilement l'infrastructure permanente et offre, au poste mobile, une continuité pour le paramétrage des fonctions partagées comme par exemple l'impression ou l'accès à Internet.

Mieux qu'une explication théorique, voyons cela par l'exemple :
  • Le routeur est la machine principale du réseau il semble logique de lui donner le numéro un. Son adresse IP sera alors 192.168.0.1
  • Le second type d'équipement permanent que l'on rencontre souvent sont des serveurs. Ils doivent avoir chacun une adresse IP différente.
    La logique est d'affecter une adresse IP par machine hébergeant un ou des serveurs, l'accès à ces serveurs se faisant ensuite par l'ouverture d'un port spécifique comme, pour un serveur Web, le port 80.
    La première machine serveur aura une adresse IP 192.168.0.10 la seconde héritant de l'adresse 192.168.0.11.
    Un NAS est vu comme un serveur et s'inscrit donc dans cette logique.
  • L'imprimante partagée est ensuite la ressource la plus commune à toutes les machines. Lui donner une adresse fixe permet à chaque poste de travail, qu'ils soient fixes ou nomades, de retrouver facilement celle-ci.
    Dans notre exemple l'imprimante pourrait avoir l'adresse IP 192.168.0.50 . Si une seconde imprimante devait être installée, on lui affecterait logiquement l'adresse 192.168.0.51 ... etc ...
  • La télévision connectée est également un équipement fixe on lui attribuera donc une IP fixe. Dans notre cas 192.168.0.60. Dans cette catégorie on retrouvera également les boîtiers spécifiques comme celui de Canal+ qui ont eux-mêmes besoin d'un accès Internet.
Regardons maintenant le cas particulier des postes de travail :
Dans ce type de matériel, on trouve des postes fixes comme les ordinateurs de bureau et des postes nomades. Ce sont des machines qui ont, en termes de réseau, une visibilité moindre des autres machines. Afin de faciliter la vie on va regrouper toutes ces machines dans une plage d'IP affectable à la demande :  il s'agit du service DHCP présent dans la box.

Chaque fois qu'un poste se connecte, le serveur DHCP du routeur va affecter la première adresse IP disponible dans la plage réservée.

En général on affecte une plage de100 adresses IP disponibles.

Dans notre exemple on considère que les machines type postes de travail auront une adresse IP comprise entre 192.168.0.100 et 192.168.0.199.
Dans la gestion du serveur DHCP, il est possible néanmoins de réserver une adresse IP en fonction de la Mac adresse de l'interface réseau du poste de travail. Il s'agit d'un numéro unique lié à l'équipement de l'ordinateur permettant l'accès au réseau.

Mieux qu'un long discours, voici un petit schéma présentant l’architecture type d'un réseau domestique... Les adresses IP sur fond bleu sont des adresses fixes paramétrées directement sur les équipements, les adresses IP oranges sont affectées "à la demande" en automatique par le routeur via le service DHCP.

1582912160.png.html

A suivre ...
 
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
.
.
.
.Cdlt
Dom
. L'expérience est le nom que chacun donne à ses erreurs.
Image

Répondre